NEWS

RECHERCHE

SOCIAL
15 octobre 2015

Discrimination : Martinique Gagnante va Å“uvrer de manière déterminée pour l’égalité Femme/Homme

Alors qu'elles sont majoritaires, les Femmes sont les laissées pour compte en Martinique. Rien n’est pensé en Martinique pour leur faciliter la vie, aussi bien personnelle que professionnelle

Femme

Le constat

Selon l’Insee, la Martinique compte 212 839 femmes soit 53,7 % de la population martiniquaise. Avec une espérance de vie de 84 ans, la population féminine de la Martinique vieillit.

Les femmes sont dans la précarité

Les chiffres montrent la précarité des femmes en Martinique : 25% des familles sont monoparentales, et 9 foyers monoparentales sur 10 ont une femme comme chef de famille. Et 30% d’entre elles ont de bas revenus.

Les femmes en Martinique sont dans une spirale de pauvreté : 59,4% des femmes sont bénéficiaires du RSA et 70% d’entre elles sont des mères célibataires. 45% des enfants sont élevés par une mère célibataire et seule 35% des mères célibataires d’un enfant de moins de trois ans sont en activité. Les mères célibataires ont clairement plus de difficulté à mener de front vie familiale et vie professionnelle, notamment à cause de l’absence de modes de garde des enfants.

Par ailleurs, en Martinique, à diplôme égal avec des Hommes, et quelque soit le diplôme, les femmes sont plus souvent au chômage.

 Femme 2
Du temps partiel subit

Autre paradoxe : alors du 69% des femmes sont diplômés en Martinique, elles sont majoritairement employées à temps partiel, une situation qu’elles subissent. De ce fait en Martinique, 25% des femmes employées à temps partiel vivent sous le seuil de pauvreté, et sont considérées comme des travailleuses pauvres. Elles sont plus souvent touchées par le chômage (23% contre 19% pour les hommes).

En Martinique, si les femmes sont plus actives qu’avant (62,5% d’entre elles), elles sont cependant moins en emploi que les hommes (48,2% contre 54,5% pour les hommes). Seule 32% des femmes de moins de 30 ans occupe un emploi contre 39% pour les hommes.

En Martinique, les femmes s’orientent vers un petit nombre de métiers, toujours les mêmes, ce qui explique leur précarité. Ce sont les postes d’agents d’entretien, d’employées administratifs de la fonction publique (catégorie C), d’enseignantes, d’aides à domicile, d’aides ménagères, de vendeuses, d’infirmières, de sages-femmes, de secrétaires, de professions dans l’action culturelle, sportive et de surveillance. Tous ces métiers sont ceux où il y a le moins d’offres à Pôle Emploi.

Les Femmes souffrent dans les transports en commun

En Martinique, pour se déplacer, les femmes qui travaillent utilisent plus fréquemment les transports en commun (12,6%) que les hommes (6,3). Et celles en âge de travailler sont moins nombreuses à avoir le permis de conduire que les hommes (68% contre 75% pour les hommes).

En résumé, la femme martiniquaise doit faire face :

– à un chômage plus important que les hommes,

– à des freins à l’emploi notamment à cause de problèmes liés à l’absence de modes de garde des jeunes enfants, aux difficultés de transports…

– à des conditions de travail plus difficiles à cause du temps partiel subi…

Encore plus pauvre au moment de la vieillesse !

Cette situation de pauvreté s’accentue au moment de la vieillesse : 64% des femmes ont moins de 20 000€ de revenus par an, soit moins de 54€ par jour ! 27% des Martiniquaises à la retraite touchent de revenue de solidarité et plus de la moitié sont des femmes seules.

Femme 3

 

Le Contexte

En Martinique, la Femme évolue dans un contexte global où les relations Femme/Homme sont basées sur des constructions culturelles qui hiérarchisent les rapports. Ainsi, en France, le concept culturel veut que le Masculin domine le féminin. Par exemple, au lendemain de la Révolution, alors que les femmes y ont pris pleinement leur part, elles ne sont pas considérées comme des citoyennes. Et cela va durer : à la création de la République en 1792, la Femme a encore été exclue des processus et la démocratie conçus exclusivement par des Hommes pour les Hommes. Pour preuve : la Femme n’obtiendra en France le droit de vote qu’en 1944 après de grandes luttes.

Cette manière inégalitaire de concevoir les rapports Femme/Homme est encore renforcée en Martinique.

Refus d’être éternellement le Poto mitan !

Héritière de l’esclavage, la femme martiniquaise a supporté les bouleversements et les mutations des sociétés post-esclavagistes. Son rôle est incontesté pour l’élevage des enfants, sa présence active et efficace est reconnue dans beaucoup de secteurs du tissu social : production et distribution de denrées de biens de consommation des jardins créoles dans des lolos ; actions d’entraide, de solidarité, d’assistance morale auprès des plus déshérités, etc.

Sa vision réaliste des conditions relationnelle lui a valu le titre de femme “Poto Mitan”, titre aujourd’hui contesté par les femmes de la société moderne. Elles le trouvent réducteur à une simple fonction de service au bénéfice des autres membres de la famille ou encore ramené au rôle de cheville ouvrière agissant dans l’ombre d’une société conduite et dirigée par des hommes, leurs frères, leurs fils, leur compagnon de vie ou de classe, pas forcément plus capables qu’elles.

Les femmes investissent tous les champs, mais encore avec difficulté

Désormais, les femmes maintenant diplômées, instruites, informées et formées, investissent les champs du pouvoir, de la réflexion et des décisions, jusque là occupés par des hommes.

Le mouvement est lancé dans les sphères publiques comme privées.

Quelques résultats sont déjà visibles au plan de la haute administration, de l’enseignement, des services de santé, de la recherche, de la justice, des entreprises.

Les Femmes développent une grande capacité d’adaptation

Beaucoup de postes de haute responsabilité sont aujourd’hui tenus par des femmes.

La charge du pouvoir n’est pas un fait nouveau pour les femmes Antillaises : elles ont été confrontées à ses exigences depuis toujours.

Faute de reconnaissance, elles n’ont pas pu l’exercer au grand jour.

Des résistances encore nombreuses

Ceci lui a permis de développer des stratégies diverses qui ont affiné sa perception de situation à gérer et a renforcé sa capacité à trouver des solutions adaptées.

Des résistances persistent encore au niveau des familles, au niveau politique, au niveau des mentalités en générale.

Pour sortir de ce concept d’infériorisation vis-à-vis des femmes, une prise de conscience de la réalité est indispensable pour permettre une déconstruction enfin efficace.

L’heure de la conquête a sonné !

Pour Martinique Gagnante, l’heure est venue de s’y attaquer résolument en Martinique : l’égalité Femme/Homme est encore un champ de conquête.

Femme 4

Les propositions de Martinique Gagnante

  • La collectivité territoriale de Martinique dirigée par Martinique Gagnante va commander une étude circonstanciée sur la situation de l’égalité Femme/Homme en Martinique au CESE et ces chiffres seront régulièrement actualisés pour mesurer les évolutions. Disposer de chiffres probants sur la situation de la femme en Martinique est l’un des premiers pas vers la prise en compte des inégalités les touchant pour travailler à leur suppression.
  • La collectivité territoriale de Martinique dirigée par Martinique Gagnante va nommer un Référent Egalité Femme/Homme en lien direct avec la présidence. Elle sera chargée de veiller à ce que toutes les politiques décidées par la Collectivité territoriale de Martinique prennent en compte l’impact sur la vie des Femmes. Cet impact devra être positif. Les inégalités existent partout : l’objectif est d’agir partout.
  • La collectivité territoriale de Martinique dirigée par Martinique Gagnante s’engage à appliquer toutes les politiques publiques existantes en ce qui concerne les femmes : les mesures pour l’Egalité professionnelle, contre les Violences faites aux femmes, pour la Parité, pour l’Egalité réelle. Dans les faits en Martinique, les inégalités persistent : inégalités des rémunérations, des parcours professionnels, inégalités dans la répartition des tâches domestiques, inégalités au moment des séparations, inégalités dans l’accès aux responsabilités politiques, sociales, professionnelles, dans la représentation médiatique, dans les violences faites aux femmes…

Femme 7

  • La collectivité territoriale dirigée par Martinique Gagnante va travailler avec tous les partenaires concernés sur l’effectivité de l’application des mesures en ce qui concerne :
    • le rapport de situation comparée dans les collectivités et les entreprises ;
    • la négociation annuelle sur l’égalité salariale dans les entreprises
    • la négociation de branche sur les classifications professionnelles
    • la limitation de l’accès aux marchés publics pour les entreprises ne respectant pas l’égalité professionnelle
    • le soutien actif aux associations et structures qui Å“uvrent pour la protection et l’accompagnement de la femme victime de violences conjugales
    • le renforcement de la protection contre les entraves au droit à l’IVG
    • la mise en Å“uvre de la parité dans les institutions publiques
    • l’accélération et l’extension de la lutte contre le plafond de verre…
  • Martinique Gagnante s’engage à ce que la Collectivité territoriale de Martinique réalise tous les ans le rapport sur l’égalité Femmes-hommes comme le demande la loi sur l’Egalité réelle

Fort-de-France

  • La collectivité territoriale de Martinique dirigée par Martinique Gagnante va améliorer tous les modes de transport (terrestre, maritime), tendre vers la multimodalité pour favoriser le déplacement des femmes qui sont les premières utilisatrices des transports en commun

 

  • La collectivité territoriale de Martinique dirigée par Martinique gagnante s’engage à développer tous les modes de garde partout sur le territoire : l’objectif est que la Femme  dispose d’un mode de garde disponible dans tous ses instants de vie.

Femme 8

  • La collectivité territoriale de Martinique dirigée par Martinique Gagnante s’engage à participer de manière volontariste au changement du regard sur les Femmes dans les Médias et dans leur environnement

La mise en place de ces mesures nécessitent un budget de 5 M€ par an.

 

A propos de cet auteur

0 commentaire

Pas de commentaire pour cet article.

Soyez le premier à le commenter. Cliquez ici.

SOCIAL
 
Le constat Selon l’Insee, la Martinique compte 212 839 femmes soit 53,7...
 
ETAT DES LIEUX Selon la Note Expresse de l’Iédom parue en...
 
Selon l’Agence régionale de Santé (ARS) en Martinique aujourd’hui, un enfant...
 
Some title Some author
Some excerpt
Attirer de nouvelles activités en Martinique est fondamental pour faire baisser...