NEWS

RECHERCHE

AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE
14 septembre 2015

Martinique Gagnante rendra le transport de passagers gratuit sur le territoire de la Cacem

Pour Martinique Gagnante, bien se déplacer partout sur le territoire de la Martinique à un moindre coût pour les familles est une priorité.

P1010189

La collectivité territoriale de Martinique sera l’autorité unique organisatrice du transport sur tout le périmètre de la Martinique. C’est-à-dire qu’elle récupérera toutes les 17 organisations de transport en cours sur le territoire de 1100 km2 !

Cette récupération sera effective le 1er juillet 2016.

L’objectif de la collectivité territoriale de Martinique menée par Martinique Gagnante est de rendre l’organisation des transports en Martinique plus efficient pour améliorer notablement la qualité de vie des Martiniquais et contribuer au développement économique du territoire. Pour y parvenir, la coordination de l’ensemble des réseaux de transport est indispensable, notamment avec le Transport en commun en site propre (TCSP) reliant pour l’instant Fort-de-France au Lamentin.

En matière de transport, les trois principaux interlocuteurs de la Collectivité unique seront l’Espace Sud, Cap Nord et la Cacem. Les deux premières sont autorités organisatrices du transport sur leur territoire depuis 2014. La Cacem depuis 1999.

Logo_mozaik
Un système plus lisible

La collectivité territoriale menée par Martinique Gagnante commencera par rendre lisible et rentable l’organisation du transport urbain de passagers sur le territoire de la Cacem. Elle en fera de même avec l’Espace Sud et Cap Nord.

L’objectif est que, dans deux ans, la situation du transport de passagers soit meilleure partout sur le territoire, en matière de transport urbain et interurbain.

Le transport urbain de passager sur la Cacem, une complexité organisée

La transport urbain de passagers sur le territoire de la Cacem, c’est une complexité organisée avec pour conséquence un service aux usagers qui se dégrade, un nombre de passagers en diminution, rendant l’exploitation de l’ensemble déséquilibré, l’accroissement des faits de délinquance, d’incivilité et de dégradation des installations et véhicules.

C’est la Compagnie Foyalaise de Transport urbain (CFTU) qui assure le transport urbain de passagers sur la conurbation de la Cacem qui regroupe les communes de Saint-Joseph, de Schœlcher, du Lamentin et de Fort-de-France.

La CFTU, ce sont cinquante-neuf lignes exploitées par les 320 salariés dont cent-quatre-vingt chauffeurs. Ils sont épaulés par quatre entreprises co-traitantes rassemblées au sein d’un Groupement momentanée d’entreprises appelé «Ensemble pour Mozaïk». Ce sont Transdev Outre-Mer, la CFTU et les transporteurs indépendants SMTV, SAT, Saithsoothane SARL et Sotravom. A ces deux organisations exploitantes s’ajoutent six entreprises sous-traitantes. Les co-traitants et les sous-traitants emploient cent quatre-vingt chauffeurs.

IMG_8715
Une cohabitation difficile

Cette situation complexe entraîne la cohabitation de personnel qui n’ont pas le même statut, ni les mêmes avantages, ce qui crée des difficultés, notamment sociales et explique, entre autres, les perturbations régulières sur les lignes. En clair, l’exploitant est constamment sous des menaces de grève de ces différents personnels !

Difficile, dans ce cas, de déployer une vision claire, apaisée et tournée vers l’usager.

Martinique Gagnante veut changer cela.

Une convention collective unique

Avec la Cacem et l’exploitant, Martinique Gagnante va travailler à la mise en place d’une convention collective unique de site, du même type que celle appliquée depuis 2006 au Centre spatiale guyanais qui permet de faire travailler ensemble 39 entreprises de nationalités différentes.

Cette convention collective sera celle qui couvrira l’ensemble des entreprises travaillant dans le cadre du transport en Martinique, qu’il soit terrestre ou maritime.

En 2011, la CFTU a transporté quelques 8 millions de passagers en parcourant quelques 7 millions de kilomètres.

IMG_8712
Densifier la fréquentation

Depuis deux ans, le gestionnaire s’arrache les cheveux pour maintenir un service à un certain niveau de qualité, tout en restant dans le budget de la délégation de service publique. L’équation est simple : une population dont le pouvoir d’achat baisse, provoquant l’accroissement de la fraude dans les bus.

Le montant du marché s’élève à 40M€ par an, dont 30M€ apportés par la collectivité, et 10 M€ générés par les ventes de tickets aux usagers.

Or, depuis 2013, les recettes des ventes des tickets atteignent difficilement 9M€, laissant un trou de 1M€ que, pour l’heure, la collectivité n’envisage pas de compenser.

L’option prise par l’exploitant, sous la houlette de la Cacem, est de faire une campagne de communication sur un ton culpabilisant pour inciter les passagers à payer leur place. Les résultats ne sont pour l’heure pas probants puisque cette campagne vient d’être une nouvelle fois renouvelée.

Instaurer la gratuité du transport

Pour sortir de cette spirale mortifère, la collectivité territoriale de Martinique dirigée par Martinique Gagnante va instituer le transport urbain de passagers gratuit sur le territoire de la Cacem.

La gratuité présente plusieurs avantages : d’une part, 40% du temps de travail des chauffeurs consacré aujourd’hui à la vente de tickets dans les bus pour 25% des passagers serait récupéré et réorienté vers du temps de conduite et permettrait de densifier le réseau.

La densification du réseau avec des horaires réguliers et adaptés permettra d’accroître le nombre de passagers.

D’autre part, la compagnie n’aura plus besoin d’investir dans des systèmes toujours plus coûteux de paiement sécurisé sans contact qui lui coûte aujourd’hui 3,5M€.

P1010191
Le réseau Mozaïk, un bien commun

La gratuité du transport sur le réseau Mozaïk entraînerait également la baisse de l’insécurité : dans toutes les villes de France où ce système a été choisi, la délinquance et la détérioration du matériel ont baissé de 40%.

Enfin, la gratuité du transport redonnerait du pouvoir d’achat aux familles dans cette période où elles voient leur budget au mieux stagner pour les plus aisées, mais singulièrement régresser pour les plus modestes selon l’Insee. Le budget transport représente 18% du budget total d’un ménage.

Enfin, la Cacem de son côté économiserait entre 5 à 10M€ par an sur cette délégation de service publique.

Nou ké fèy !

A propos de cet auteur

2 commentaires - Tous

Francette Rosamont 1:14 on septembre 17, 2015

Emma je ne partage pas votre avis : le transport gratuit de passagers dans les villes et les campagnes n'est pas une solution à la mode. Le déplacement est un impératif pour les populations, toutes les populations, pas seulement pour celles qui peuvent acquérir un véhicule. Nos populations voient leur pouvoir d'achat se réduire, la fraude augmente et l'exploitation est déficitaire : c'est exactement le cas de la Martinique. Toutes les villes qui ont fait ce choix ont vu la fréquentation de leur réseau progresser de manière sensible (entre 5 à 7 fois plus de passagers), les dégradations diminuer et le poids de ce poste dans les budgets se réduire. Donc, non, ce n'est vraiment pas une mode. Bien à vous

2 commentairesX
Emma 4:28 on septembre 16, 2015

La gratuité des transport est une idée « Ã  la mode » chez certains, qui voient en elle une solution à la fraude dans les transports.
Plutôt déçue que cette proposition ne soit pas accompagnée de chiffres permettant de comprendre comment vous passez d’un système coûteux à la gratuité.

REPLY
Francette Rosamont 1:14 on septembre 17, 2015

Emma je ne partage pas votre avis : le transport gratuit de passagers dans les villes et les campagnes n’est pas une solution à la mode. Le déplacement est un impératif pour les populations, toutes les populations, pas seulement pour celles qui peuvent acquérir un véhicule. Nos populations voient leur pouvoir d’achat se réduire, la fraude augmente et l’exploitation est déficitaire : c’est exactement le cas de la Martinique. Toutes les villes qui ont fait ce choix ont vu la fréquentation de leur réseau progresser de manière sensible (entre 5 à 7 fois plus de passagers), les dégradations diminuer et le poids de ce poste dans les budgets se réduire. Donc, non, ce n’est vraiment pas une mode. Bien à vous

REPLY

AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE
 
ETAT DES LIEUX Selon la Note Expresse de l’Iédom parue en...
 
La collectivité territoriale de Martinique sera l’autorité unique organisatrice du transport...
 
Partout, le béton domine ! En arrivant en Martinique, à l’aéroport...
 
Le modèle économique appliqué depuis des décennies dans les productions agricoles...
 
A Martinique Gagnante, nous ne faisons pas de distinction entre notre...
Attirer de nouvelles activités en Martinique est fondamental pour faire baisser...