NEWS

RECHERCHE

SOCIAL
21 août 2015

Social / Accompagner les jeunes de 0 à 17 ans et les familles : une priorité pour Martinique Gagnante

Accompagner les jeunes de 0 à 17 ans est un élément déterminant pour la construction d’une société apaisée, sûre d’elle même et confiante en l’avenir.

enfant5

A Martinique Gagnante, nous avons découpé ce temps de vie en trois grandes périodes. L’accompagner les jeunes de 0 à 17 ans est une priorité.

1/ La première est celle qui entoure la conception de l’enfant jusqu’à l’âge de 2 ans.

Durant cette période, Martinique Gagnante souhaite, avec les obstétriciens, les sages femmes, les pédiatres, les professionnels de santé et les accompagnants des femmes enceintes, travailler sur le déroulement affectif de la grossesse et l’attachement du nourrisson.

La théorie de l’attachement a été définie dans les années 50 par le Dr John Bowlby, psychiatre pour enfants. Il a clairement défini que c’est durant cette période que se construit la base de sécurité à partir de laquelle le nourrisson va explorer le monde. Durant cette période, son principal fournisseur de soins est sa mère. Si le stress, la situation familiale, conjugale ou autres influencent négativement la mère, cela impactera la situation affective, cognitive, relationnelle et sociale future du nourrisson.

enfant
Repérer les situations difficiles

Pour éviter cette situation préjudiciable pour l’enfant dans son développement, comme pour la mère, l’objectif de Martinique Gagnante est de mettre en place un dispositif de repère de situations psychologiques (crise dans le couple, femme dépressive, etc.), de situations de précarité (chômage, exclusion sociale, ) et sociales (femme battue, etc.) difficiles.

En effet, si en Martinique le suivi médical des femmes enceintes ne pose pas de problème majeur, le suivi médico-social peut, lui, être amélioré. Il n’y a pas de travail psychosocial systématique réalisé auprès des femmes, et pour nombre d’entre elles, pas de repérage systématique des difficultés psychosociales dans cette période, malgré les conséquences possible sur l’équilibre familial et social. Il s’agirait de repérer des femmes en difficulté émotionnelle : la période entourant la naissance d’un enfant est effectivement propice à la résurgence d’événements enfouis.

Implanter quatre centres de références

Martinique Gagnante va favoriser l’implantation de quatre centres de référence dédiés, l’un par territoire de santé (Sud, Nord Atlantique, Nord Caraïbe, Sud). Chaque centre disposera d’une équipe pluridisciplinaire, constituée d’un gynécologue, d’une assistante sociale, d’un psychologue, d’une sage-femme, d’une puéricultrice et d’un psychomotricien, qui accueillera les femmes pour lesquelles une difficulté de cet ordre a été repéré, et devra fonctionner en réseau avec l’ensemble des professionnels accompagnants, choisis par cette femme pour le suivi de sa grossesse. Cet accompagnement spécifique devrait se prolonger jusqu’à la fin de la première année de l’enfant, en lien avec les professionnels du suivi psycho pédiatrique actuellement en place (pédiatre, CMP, CAMPS, Psychomotriciens, Psychologues…). L’objectif est de faire en sorte que ces professionnels n’exerçant jusqu’alors que dans leurs champs respectifs, puissent être en capacité d’échanger et de se mettre en réseau autour des mères, pères et nouveaux nés dans un accompagnement individualisé et qualitatif dans le cadre de réunions pluridisciplinaires.

Jusqu’à l’âge de 2 ans

Les femmes enceintes, pour qui la visite du 4e mois est obligatoire seront alors repérées et si besoin, accompagnées à partir de cette visite, mais aussi tout au long de la grossesse, pour leur permettre de créer un lien sécurisant dès la naissance, avec leur enfant. L’accompagnement spécifique pourra durer, en fonction du contexte, jusqu’à l’âge de 2 ans.

enfant2

2/ L’Accueil de la petite enfance.

En Martinique, à fin 2013, quelques 2849 enfants étaient accueillis dans les différents modes de garde, à savoir les crèches collectives, les haltes garderies, les jardins d’accueil et les lieux multi-accueil. Ce total représente 35% des enfants âgés de 0 à 3 ans susceptibles d’être accueillis dans un mode de garde.

En clair : 65% des enfants de 0 à 3 ans habitants la Martinique ne trouvent pas de mode de garde approprié !

C’est le territoire de la Cacem qui est le mieux doté avec 1855 places toutes formes d’accueil confondues, et le moins doté est l’Espace Sud avec 283 places. Cap Nord rassemblant 711 places.

Plus ambitieux dans la création de places d’accueil

Pour favoriser la conciliation vie professionnelle et vie familiale des femmes, l’Etat a signé avec la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM) un contrat d’objectif et de gestion portant sur la création de 100 000 places en crèches collectives entre 2013 et 2017 dont 200 places sur la période pour la Martinique. Dans ce prévisionnel n’est pas compté les places créées par les structures municipales, ni celles créées par les assistantes maternelles qui dépendent du Conseil général.

La situation actuelle sur ce sujet en Martinique : les instances qui s’occupent de la petite enfance (Conseil général, CAF principalement) ne collaboraient pas ou peu. Au regard de l’urgence de la situation, l’idée d’une conférence des financeurs vient enfin d’être actée dans l’objectif d’améliorer la situation de la garde d’enfants en Martinique.

Quoi qu’il en soit, le déficit en place d’accueil de la petite enfance est criant. Martinique Gagnante en fait une priorité.

enfant8
Elargir le cercle des financeurs

Aujourd’hui, les structures de crèches qui se développement sont des crèches privées à statut associatif ou commercial. Ces structures sont en grande fragilité financière à cause du déséquilibre de leur financement.

Ainsi, aujourd’hui, en Martinique, les structures d’accueil sont essentiellement financées par les familles et par la Caisse d’allocation familiale. Seule trois communes (Ducos, Robert et Marin) sur 34, prévoient dans leur budget des lignes de financement pour les structures d’accueil de la petite enfance en activité sur leur territoire. Les villes de Schœlcher et du Lamentin ont en effet récemment pris la décision de supprimer leur aide pour ce type de structure.

Un outil d’attraction du territoire

Aucune des trois intercommunalités de l’île ne participe en outre au financement des structures de garde de petits enfants. Le conseil régional ne participe pas non plus à ce financement.

Aujourd’hui, la majorité des collectivités de la Martinique considère l’accueil de la petite enfance comme un centre de coût : pour Martinique Gagnante, l’accueil de la petite enfance doit être au contraire considéré comme un élément d’attractivité d’un territoire.

enfant9
De nombreux avantages

Bien accueillir la petite enfance a au moins quatre avantages :

  • fixer la population jeune dans les communes
  • permettre aux parents de jeunes enfants d’exercer leur activité professionnelle dans de bonnes conditions
  • créer des emplois dans les communes
  • améliorer la qualité de vie des familles.
Consolider les structures existantes

Martinique Gagnante va proposer de travailler dans trois directions pour consolider les places existantes et créer d’avantage de places d’accueil.

Martinique Gagnante veillera également à la qualité de l’accueil des enfants. Dans ces espaces, les petits doivent être entourés de personnel ayant des compétences techniques, mais aussi développant un vrai relationnel à l’enfant. Dans cette optique, une attention particulière sera portée aux assistantes maternelles qui reçoivent les enfants chez elles. Outre leur niveau de compétence et leur environnement, un dispositif de formation continue devra être mis en place.

A/ Martinique Gagnante va inciter les CAF et les services concernés au sein de la CTM à créer une cartographie des besoins en termes d’accueil en croisant les données en termes de bassin de vie et de bassin d’emploi. Cette cartographie devra être réalisée d’ici juin 2016.

enfant15

B/ Martinique Gagnante va inciter les services à revoir les processus d’accord d’agrément et des normes. Selon l’Observatoire national de la petite enfance, durant les dix dernières années, le coût de la construction d’une place d’accueil de jeunes enfants a augmenté de 89% tandis que sur la période, la subvention de la CNAF n’augmentait elle que de 32%. En outre, selon la même source, il y a eu durant la même période une véritable inflation des normes. Conséquences en Martinique : le temps d’octroi d’un agrément ou d’une autorisation d’ouverture est de 12 mois en moyenne, temps pendant lequel le porteur de projet doit tout de même faire face à des charges de loyers notamment sans avoir de recettes.

Réduire le temps d’obtention des agréments

En clair, aujourd’hui, les structures d’accueil débutent leurs activités avec des déficits importants et elles passent leur temps à rechercher à le résorber, sans succès, d’où les nombreuses fermetures qui se sont produites ces dernières années.

Martinique Gagnante veut ramener le temps d’obtention de l’agrément ou de l’autorisation d’ouverture à 5 mois maximum, en faisant en outre attention à la diversification de l’offre et aux besoins de proximité exprimés par les familles.

enfant-10

C/ Martinique Gagnante va améliorer le financement de la petite enfance en Martinique

Dans la structure de financement posée par la Caisse d’Allocation familiale, l’apport des familles et de la CAF doit permettre de couvrir 66% de la dépense horaire moyenne qui est de 6,50€ par enfant. Reste à trouver les 34% restants, soit 2,20€ par heure par enfant.

Pour couvrir ces 2,20€ restants par enfant, Martinique Gagnante proposera d’élargir les nombres de financeurs possibles et de les réunir dans une Conférence des Financeurs.

Aux côtés de la CAF et des familles, Martinique Gagnante incitera les collectivités communales, les intercommunalités, la Collectivité territoriale de Martinique ainsi que les entreprises à contribuer au meilleur accueil des enfants.

Multiplier les contrats Enfance & jeunesse

Martinique Gagnante incitera les collectivités et les entreprises à signer avec la CAF des contrats Enfance et Jeunesse qui permettront de financer jusqu’à 85% des dépenses liées à l’accueil des enfants de 0 à 17 ans.

Martinique Gagnante s’engage à faire passer le nombre d’enfants de 0 à 3 ans accueillis en structures d’accueil de 35% à 60%, soit passer de 2 849 enfants accueillis à 4 884, soit un solde positif de création de 2035 places.

enfant3

3/ Martinique Gagnante va favoriser la construction d’un véritable système d’accompagnement scolaire des enfants de la 3e année de maternelle à l’âge de 17 ans

Aujourd’hui, selon les estimations du Service académique d’information et d’orientation (SAIO) du rectorat de la Martinique, 900 jeunes sortent chaque année du système scolaire sans avoir acquis les savoirs de base, ni aucun diplôme.

Parallèlement, la Martinique ne propose aucun dispositif particulier pour accompagner les enfants ayant des capacités intellectuelles précoces. Leur nombre est estimé à 3% des élèves scolarisés entre 3 et 18 ans. En se basant sur les effectifs recensés du premier et du second degré en 2013, soit 82 787 enfants âgés de 3 à 18 ans, ce sont quelques 2 400 enfants qui auraient des capacités intellectuelles précoces en Martinique.

Accueillir les enfants intellectuellement précoces

En nous basant sur les travaux menés par Jean-Charles Terrassier, spécialiste français incontesté pour l’accompagnement des enfants intellectuellement précoces, et en lien étroit avec les actions menées par la représentation Caraïbe de la Fédération de l’Association nationale pour les enfants intellectuellement précoces (ANPEIP), Martinique Gagnante va expérimenter un système éducatif proposant une approche différenciée du système éducatif classique.

Créé en lien étroit et en convention avec l’Education nationale, ce dispositif parallèle d’éducation disposera de passerelles permettant aux jeunes de réintégrer le système éducatif classique à tout moment.

Mailler le territoire

Les classes pouvant recevoir ces enfants seront réparties sur les territoires éducatifs de la Martinique.

Les enfants en difficulté ou/et ayant des capacités intellectuelles particulières seront repérées dès la troisième année de maternelle, par les enseignants déjà formés à cette détection, par les parents et par les psychologues scolaires. Cette détection pourrait se faire notamment au moment du test d’évaluation à la fin de maternelle.

enfant13
L’Ecole de la vie

Détectés, ces enfants intégreraient une « Ecole de la vie » durant laquelle sous forme de classes à bas effectifs, outre l’accès au savoir de base (lire, écrire, compter), ils auraient accès à la musique, la cuisine, le sport, la méditation, la découverte de l’environnement, le soin d’animaux, etc. accompagnés de professionnels de chaque discipline.

Les programmes seront conçus par la Canopé de l’académie de la Martinique.

Créer du lien

Les enfants seront encadrés par des équipes pluridisciplinaires dont le fil rouge devra être leur forte capacité à créer du lien. Sur la base du volontariat, ce seront des enseignants, des psychologues pour enfants, des scientifiques, des professionnels de métiers…

enfant4

4/ Martinique Gagnante va favoriser la mise en place d’un dispositif de soutien scolaire pour les jeunes

Après la journée de classe, il s’agit de mettre à disposition des jeunes qui n’ont pas les moyens ni l’accompagnement familial adéquat, d’être accompagné pour réaliser leur devoir ou pour apprendre leurs leçons, et ce, partout en Martinique.

Un dispositif de ce type a été expérimenté par l’Unité fraternelle des Régions (UFR) après les événements de 2009 et a donné de bons résultats.

Enfin, un système de soutien spécifique complet sera instauré pour tous les enfants qui ont leur bac avec mention bien et plus, et qui ont choisi une orientation précise pour leur formation professionnelle initiale. Il s’agira de les soutenir dans l’accès aux meilleures écoles en France comme à l’étranger, en signant notamment des conventions avec elles, et en proposant aux jeunes, une fois leur formation terminée une année civique en retour d’expérience en Martinique dans un dispositif d’accompagnement des plus jeunes.

enfant7

A propos de cet auteur

0 commentaire

Pas de commentaire pour cet article.

Soyez le premier à le commenter. Cliquez ici.

SOCIAL
 
Le constat Selon l’Insee, la Martinique compte 212 839 femmes soit 53,7...
 
ETAT DES LIEUX Selon la Note Expresse de l’Iédom parue en...
 
Selon l’Agence régionale de Santé (ARS) en Martinique aujourd’hui, un enfant...
 
Some title Some author
Some excerpt
Attirer de nouvelles activités en Martinique est fondamental pour faire baisser...