NEWS

RECHERCHE

AMÉNAGEMENT DU TERRITOIREECONOMIESOCIAL
1 octobre 2015

Tourisme : Martinique Gagnante veut une stratégie gagnante pour le tourisme en Martinique

Les sympathisants enrichissent encore le programme de Martinique Gagnante. Plus que jamais, le Tourisme doit être déclaré grande cause prioritaire : la Martinique doit avoir une véritable politique touristique ! Le tourisme est en effet le seul secteur qui peut embaucher en grand nombre des jeunes sans formation initiale, tout en leur donnant des perspectives d’évolution grâce à la formation.

ETAT DES LIEUX

Selon la Note Expresse de l’Iédom parue en janvier 2015, en 2013 (derniers chiffres connus), quelques 3 244 entreprises étaient référencées dans le secteur touristique, soit 8 942 salariés. Avec 1 973 entreprises et 5 164 salariés, la branche hébergement-restauration représentait plus de la moitié de l’activité.

En Martinique le tourisme, qui est une activité saisonnière, couvre essentiellement la période de décembre à avril. La Martinique ne reçoit aucun bateau de croisière entre juin et septembre.

Les touristes à destination de la Martinique séjournent en premier lieu en appartement ou en villa (33 %), chez des amis ou des parents (30 %) et à l’hôtel (25%).

64 hôtels sont homologués en Martinique, dont :

  • 23 ayant 3*
  • 19 sans étoiles
  • 14 affichant 2*
  • 5 hôtels 5*
  • 3 hôtels 1*

Le trafic aérien de la Martinique est peu tourné vers l’international : 70% du trafic est assuré par les compagnies Air France et Air Caraïbes, principalement en provenance et à destination de Paris Orly (59% du trafic).

80% des touristes visitant la Martinique sont français : c’est un élément de fragilité.

 

LE CONSTAT

Alors que l’industrie touristique représente jusqu’à 50% du produit intérieur brut des îles voisines de la Caraïbe, en Martinique, cette contribution n’est que de 4%, dont 2% pour la partie hôtellerie.

Depuis 2000, à raison d’un hôtel fermé par an, la Martinique a perdu 1 900 chambres, soit 1/3 de son offre.

L’activité touristique en Martinique est en repli constant depuis les années 90, période durant laquelle le million de touristes avait été atteint.

Depuis 2 ans, on observe certes une reprise, cependant le nombre de touristes s’établit à 647 000, dont 490 000 touristes de séjour.

Les raisons du naufrage touristique martiniquais 

  • La Martinique n’a pas de politique touristique.
  • Le Comité Martiniquais du Tourisme (CMT) n’est pas indépendant ; il dépend du Président de Région, qui décide seul de tout : investissements, projets, embauches, etc. La concertation avec les professionnels est inexistante. La structure juridique et décisionnelle du Comité Martiniquais du Tourisme est trop lourde, ce qui le prive de la souplesse et de l’adaptabilité nécessaires à l’activité touristique, dans un monde en constante évolution.
  • Les techniques et les outils de promotion de la destination sont obsolètes. Beaucoup de professionnels n’ont pas pris le virage technologique qui leur permettrait de rester compétitifs sur un marché extrêmement concurrentiel, face à une clientèle exigeante et volatile.
  • Les subventions sont attribuées à des projets qui ne sont pas prioritaires pour l’embauche et la relance de l’activité touristique.

Et cela fait longtemps que cela dure !

 

IMG_0312

Le touriste dépense peu en Martinique

En 2013, les touristes de séjour ont dépensé 289 M€ sur un total de 299 M€. La part des dépenses des croisiéristes demeure donc marginale : 10M€.

En moyenne, chaque touriste de séjour dépense 590 €, chaque plaisancier 261 € et chaque croisiériste 12 € !

Toute la Caraïbe fait mieux que nous !

La performance touristique de la Martinique est en décalage complet avec les résultats dans la Caraïbe :

  • Selon le CTO, 47 millions de visiteurs sont venus dans la Caraïbe en 2013, soit 26 millions de touristes de séjour et 21 millions de croisiéristes ;
  • Entre 2000 et 2013, la fréquentation touristique a progressé de 3,7% dans la Caraïbe ; durant la même période, celle de la Martinique a connu une baisse de fréquentation de 2,4% ;
  • Alors que Sainte-Lucie et la Barbade accueillaient 4 à 5 fois leur population en 2013, la Martinique a accueilli 1,5 fois sa population à la même période.

 

IMG_1099

Des ratios insuffisants

En 2013, les chiffres clés du tourisme de la Martinique, par rapport à ceux de la Caraïbe, sont édifiants :

  • un taux d’occupation moyen des hôtels de 59%, contre 67% dans le reste de la Caraïbe
  • un chiffre d’affaires moyen, par chambre louée, de 94 € contre 140 € dans le reste de la Caraïbe
  • un chiffre d’affaires moyen, par chambre de 51 € contre 94 € dans le reste de la Caraïbe
  • des dépenses moyennes par touriste de 590 €, contre 830 € dans le reste de la Caraïbe

Les ratios du tourisme en Martinique sont inférieurs aux standards nationaux.

L’hébergement en Martinique est à la traîne

En Martinique, à quelques exceptions près, l’hébergement enregistre des résultats en retrait par rapport aux performances nationales.

En 2013, en termes de rentabilité, le taux de marge net moyen s’établit à 18,4% en Martinique, contre 18,9% en France, ce qui est globalement comparable.

Cependant, quand on regarde dans le détail, on observe que l’hébergement est nettement moins rentable en Martinique : un taux de marge moyen est de 13,5 % contre 27,5 % au niveau national.

Le coût élevé des ventes des séjours, la faiblesse de l’activité, son caractère saisonnier et le vieillissement du parc hôtelier sont des arguments également avancés pour expliquer la rentabilité moindre par rapport à l’hôtellerie métropolitaine

IMG_0890

Les avantages locaux grèvent lourdement les comptes

Cette situation s’explique notamment par l’importance des frais de personnel et les aberrations liées aux avantages locaux (1% de salaire en plus par année d’ancienneté sur le chiffre d’affaires de l’entreprise quel que soit son résultat, 16 à 18 jours de fériés contre une moyenne de 10 jours au niveau national, des jours de congés supplémentaires par année d’ancienneté, un 13ème mois, un 14ème mois, etc.).

Une étude réalisée par le cabinet KPMG sur l’hôtellerie française en 2014 confirme cette situation et ses conséquences.

La part des frais de personnel dans la valeur ajoutée s’élève à 81,0 % contre 63,4 % au niveau national. Cette particularité s’explique notamment par une plus forte saisonnalité, les entreprises étant contraintes de prendre en charge les frais de personnel tout au long de l’année, alors que l’activité du secteur est concentrée sur quelques mois.

Ce sont les résidents de la Martinique qui payent l’addition !

Pour atténuer ses pertes, l’hôtellerie pratique des prix élevés en restauration : le taux de marge moyen y est de 18,5 % contre 13,5 % pour la France entière !

Résultat : les aberrations sociales du secteur de l’hôtellerie contribuent à la cherté de la vie en Martinique !

Des dettes fiscales qui explosent

Les dettes fiscales et sociales pèsent lourdement sur les bilans des entreprises de l’hébergement en Martinique. En 2012, elles représentaient 28,9 % des capitaux propres.

Les banques ne veulent plus soutenir le secteur du tourisme en Martinique !

En termes financiers, la branche hôtellerie-restauration de la Martinique représente seulement 1% de l’ensemble des encours total des banques. En fait, les banques déconseillent aux opérateurs économiques d’investir dans ce secteur, qu’elles considèrent à hauts risques.

La Martinique n’a pas de politique du tourisme

Son offre touristique est, pour l’essentiel, obsolète et inadaptée aux attentes de la clientèle internationale. Chambres trop petites, vétustes, mal décorées et mal équipées, absence de certains services qui constituent le minimum de nos jours, tels la connexion wifi, le room service, etc.

L’accueil, ainsi que l’entretien des établissements, doivent impérativement être améliorés.

L’hôtellerie a des charges d’exploitation élevées, à cause d’avantages sociaux locaux disproportionnés.

Le coût de construction est élevé.

photo-tourisme

 

LES PROPOSITIONS DE MARTINIQUE GAGNANTE

Un plan Marshall pour le tourisme en Martinique !

Pour Martinique Gagnante, le tourisme est essentiel à la relance de l’économie locale.

A la tête de la Collectivité Territoriale de Martinique, Martinique Gagnante fera du Tourisme une grande cause prioritaire, notamment parce que le tourisme est le seul secteur qui peut embaucher en grand nombre des jeunes sans qualifications, et leur donner des perspectives d’évolution grâce à la formation.

Martinique Gagnante s’accorde 2 ans pour porter de 4 à 10% la contribution du tourisme au produit intérieur brut de la Martinique, grâce à une approche systémique intégrant tous les Martiniquais, c’est-à-dire les professionnels du tourisme, mais aussi les agriculteurs, les pêcheurs, les commerçants, la population, l’aménagement du territoire… Seule cette mise en mouvement de tous est capable d’enclencher de la création de valeur dans tous les secteurs d’activité et singulièrement dans les secteurs du tourisme.

Le tourisme, et singulièrement les hôtels, font en effet travailler beaucoup de secteurs: la pêche, l’agriculture, le commerce, la maintenance, les organismes de formation, les rhumeries, les prestataires de services du secteur (nautisme, kitesurf, nature, kayaks, dauphins, etc.

Une politique pluriannuelle concertée

Avec Martinique Gagnante à la tête de la Collectivité territoriale de Martinique, la concertation sera constante avec tous les acteurs concernés par le tourisme, et avec la population.

Avec les professionnels du secteur, les communes, les services de l’État, Atout France, Martinique Gagnante définira une politique pluriannuelle de relance du tourisme.

Nous devons avoir une vision claire et partagée des points forts et faibles de la destination.

Martinique Gagnante travaillera sur l’offre de la Martinique, avant d’aller chercher des touristes supplémentaires.

Il s’agit de mettre en place un « Plan Marshall » pour le secteur touristique en Martinique : chaque acteur de ce secteur devra y participer activement et courageusement en acceptant de faire des concessions pour atteindre l’objectif fixé .

Avec de la volonté et des actions adaptées, nous pouvons faire du Tourisme en Martinique un secteur gagnant !

La preuve, certains hôteliers ont pris des mesures, parfois difficiles, qui s’imposaient pour redresser leur activité et sont aujourd’hui à la tête d’établissements qui fonctionnent, avec des salariés motivés et heureux de travailler.

En outre, Martinique Gagnante à la tête de la Collectivité territoriale de Martinique incitera les entreprises du secteur du tourisme à se regrouper dans des associations professionnelles et soutiendra leurs actions.

Martinique Gagnante se donne 3 mois pour établir une feuille de route sur 2 trois ans, avec tous les acteurs concernés.

DSC_7634

Un Comité Martiniquais du Tourisme indépendant

Martinique Gagnante à la tête de la Collectivité territoriale de Martinique libèrera le Comité Martiniquais du Tourisme de toute influence politique et s’assurera de sa collaboration étroite avec les professionnels du secteur.

Des subventions uniquement pour les bons projets, créateurs d’emplois

Martinique Gagnante à la tête de la Collectivité territoriale de Martinique veillera à ce que les subventions soient attribuées à des projets prioritaires en termes d’embauche et de relance. Un comité de professionnels du secteur, composé d’hôteliers, de restaurateurs et d’acteurs concernés par le développement touristique de l’île, décidera de l’attribution des subventions.

Une politique d’aménagement du territoire à vision touristique

Martinique Gagnante à la tête de la Collectivité territoriale de Martinique proposera une politique d’aménagement du territoire à vision touristique, c’est-à-dire :

  • mettre en place une signalétique harmonisée et efficace sur l’ensemble du territoire
  • améliorer les accès aux plages
  • aménager des places de parking dans les lieux touristiques
  • proposer un système de transport urbain et interurbain accessibles aux touristes, avec des arrêts de bus matérialisés, des horaires respectés
  • remettre en état les musées, le golf, tous les sites touristiques d’une façon générale. Le site de la Montagne Pelée devra faire l’objet d’une attention particulière
  • mettre en place un calendrier de manifestations de niveau régional et international, de manière à ce qu’il se passe chaque semaine quelque chose en Martinique : activités culturelles (musique, danses, peinture, sculpture…), littéraires, graphiques, sportives (sports nautiques, courses à pied, rallies automobiles, etc.), d’entreprise (challenge, rallies, cross…), etc. Les événements de qualité seront labellisés et pérennisés. Ce calendrier interactif sera largement diffusé, de manière à ce que les résidents de la Martinique, les professionnels et les touristes puissent programmer leur participation aux manifestations qui les intéressent.
  • offrir de nouveaux produits touristiques, tout en améliorant l’existant :
  • Implanter un véritable musée de l’art caribéen dans le périmètre de la ville de Fort-de-France, en lien avec la Fondation Clément et le Mémorial Acte ; organiser des expositions itinérantes en commune, dans des lieux existant tels que Fonds Saint-Jacques à Sainte-Marie, ou dans des espaces à créer. L’objectif est que l’art et l’esthétique entrent dans la vie de chaque habitant de la Martinique, où qu’il se trouve.
    • Implanter un centre des métiers de la musique et du son, en lien avec les écoles de Paris et du Canada. L’objectif est de redynamiser la création musicale de la Martinique, dont la SACEM déplore « l’effritement ».
    • Créer, à Saint-Pierre, une comédie musicale sur l’éruption de la Montagne Pelée.
    • Implanter des jardins et organiser de lieux de promenades ; réaménager l’existant (le Parc Floral, la Savane, et tous les espaces de ce type référencés en commune), soutenir des initiatives privées telles que les jardins tel le Jardin de Bonneville sur les hauteurs de Trinité

Instaurer des itinéraires à thèmes : La Route des Rhums, des Églises, des Monuments Historiques, des Habitations, des Phares et Balises, etc.

IMG_0709

Application de la Convention national HCR

Martinique Gagnante à la tête de la Collectivité territoriale de Martinique imposera l’application de La Convention Nationale Hôtel-Café-Restaurant (HCR). Elle incitera les hôtels en difficulté demandant des subventions à dénoncer l’obligation d’assumer, sur l’année, des frais de personnel exorbitants alors que l’essentiel de leur activité se déroule en moyenne sur 5 mois.

En contrepartie de cette adaptation de la politique de rémunération, les salariés de l’Hôtellerie-Restauration bénéficieront de formations continues avec, à la clé, l’opportunité d’évoluer professionnellement.

Accompagner le départ de salariés les plus âgés

Avec Martinique Gagnante à la tête de la Collectivité territoriale de Martinique, les salariés les plus âgés bénéficieront d’un plan de retraite équilibré et raisonnable.

Une conférence des investisseurs

Martinique Gagnante à la tête de la Collectivité territoriale de Martinique organisera une conférence des investisseurs locaux et de la diaspora gestionnaires d’hôtels. L’objectif de cette conférence sera de déterminer, avec eux, les conditions de leur venue à la Martinique pour éviter l’arrivée d’opérateurs et/ou de promoteurs immobiliers méconnaissant le marché et/ou uniquement intéressés par des opérations ponctuelles, notamment de défiscalisation.

Pour pouvoir s’implanter en Martinique, ces acteurs économiques devront démontrer leur intérêt pour l’île, leur connaissance du marché, de la culture et de la mentalité martiniquaises, leur professionnalisme et leur volonté d’investir sur du long terme.

Martinique Gagnante à la tête de la Collectivité territoriale de Martinique mettra tout en œuvre pour faciliter la réalisation des projets touristiques répondant à ces critères.

SDC12963

Rénovation d’urgence de 4 hôtels

Pour relancer le secteur, Martinique Gagnante à la tête de la Collectivité territoriale de Martinique soutiendra la rénovation de 4 grands hôtels, à remettre d’urgence aux normes internationales. Ces hôtels nous serviront de locomotives :

  • Hôtel Club des Trois-Ilets (à condition que sa situation patrimoniale s’éclaircisse). Cet établissement de 81 chambres nécessitera 4,5M€ de travaux
  • L’hôtel Diamond Rock (à condition que sa situation patrimoniale s’éclaircisse)
  • Le Marouba dans le Nord Caraïbe
  • Le Club Med dans le Sud

Prévision d’implantation de 3 hôtels

À terme, Martinique Gagnante à la tête de la Collectivité territoriale de Martinique prévoira également, avec les professionnels, des investisseurs locaux et la diaspora, l’implantation de 3 établissements hôteliers de 80 chambres chacun :

  • dans le Sud, au Marin
  • dans le Centre, au Robert
  • dans le grand Nord Atlantique

 

IMG_2097

Une politique offensive de formation des jeunes

Martinique Gagnante à la tête de la Collectivité territoriale de Martinique lancera une politique offensive pour former, sur place et à l’extérieur, un maximum de jeunes Martiniquais désireux de travailler dans le secteur du tourisme, et singulièrement dans l’hôtellerie.

Pour ce faire, tous les leviers seront utilisés : échanges entre réseaux de professionnels, avec des écoles, invitation de professionnels de renoms pour des cycles de formation en Martinique, stages en entreprises obligatoires pour tous les jeunes…

IMG_1222

Implantation d’une haute école de la gastronomie française

Martinique Gagnante à la tête de la Collectivité territoriale de Martinique favorisera l’implantation, en Martinique, d’une haute école de la gastronomie française qui transmettra le savoir-faire français tout en travaillant sur l’intégration de nos produits locaux. Cette implantation se fera avec l’association des Maîtres cuisiniers de France. Ce centre de formation de haut niveau permettra de former des brigades internationales qui assureront – dans la Caraïbe et le reste du monde – le rayonnement de la French Touch, mariée au savoir-faire de la Caraïbe française.

 

A propos de cet auteur

0 commentaire

Pas de commentaire pour cet article.

Soyez le premier à le commenter. Cliquez ici.

AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE
 
ETAT DES LIEUX Selon la Note Expresse de l’Iédom parue en...
 
La collectivité territoriale de Martinique sera l’autorité unique organisatrice du transport...
 
Partout, le béton domine ! En arrivant en Martinique, à l’aéroport...
 
Le modèle économique appliqué depuis des décennies dans les productions agricoles...
 
A Martinique Gagnante, nous ne faisons pas de distinction entre notre...
Attirer de nouvelles activités en Martinique est fondamental pour faire baisser...